La parole aux groupes politiques

Val info n° 78- Mars-Avril 2018

En dépit des récentes dispositions prises (plan de stationnement modifié, gratuité partielle les 3e samedi du mois) qui concernent surtout les résidents, le stationnement demeure un réel problème et un frein au commerce. De nombreux automobilistes, contraints pour des raisons impératives professionnelles quotidiennes en particulier, ainsi que des visiteurs de passage, clients potentiels des commerces valenciennois se plaignent ! Le stationnement payant sur les boulevards et la réduction du nombre de places offertes à ces endroits aggraveront les mécontentements compréhensibles. Des solutions existent : de petites navettes électriques voire autonomes, non polluantes et écologiques, régulières, surtout aux heures de pointe, reliant les parkings périphériques (Lacuzon, Nungesser) aux points névralgiques, tels que les établissements scolaires et l’hôpital qui ne sont pas desservis par le tram ( la grogne des enseignants et des usagers de l’hôpital est sensible !) et au centre ville.

Didier LEGRAND, Isabelle DELGEHIER, Gérard CLIPET, Kostia HUANT,
Michel BROUILLARD, groupe "Valenciennois, je me bats pour toi"

Macron oblige les collectivités à diminuer leurs dépenses afin de couvrir les déficits de l’État : 13 milliards d’euros sur cinq ans, s’ajoutant aux 11 milliards déjà ponctionnés ! C’est un véritable hold-up alors que les collectivités ne comptent que pour 9 % de la dette publique nationale ! La situation de la ville est difficile. Le maire par une application pure et simple localement de ces mesures et par son silence, contrairement à bon nombre de maires de droite comme de gauche qui contestent publiquement cette politique désastreuse, devient l’artisan de ces politiques d’austérité. Ce n’est pas bon pour la démocratie ni pour les services publics locaux. Impossible de faire mieux avec toujours moins ! Les communes sont vidées de leurs compétences et demain le maire n’aura plus que la célébration des mariages ! L’avenir des générations futures n’a pas de prix ! Il est temps de relancer une politique d’économie d’énergie et de transport en commun ambitieuse. C’est bon pour l’emploi !

Jean-Claude DULIEU, Nathalie LORETTE , Mohamed AGOUDJIL, groupe "Valenciennes, citoyenne"

Notre ville s’embellit à l’initiative d’une municipalité active pilotée par un Excellent capitaine et ce malgré les commentaires des mécontents souvent animés d’aigreur. Sur le terrain économique la situation est fragile mais se stabilise et l’annonce d’un investissement local important dans l’automobile permettant la création de plusieurs centaines d’emplois est à saluer.
Au plan national carton rouge pour le gouvernement, je sanctionne à cause de l’augmentation de la CSG sur les retraites, l’augmentation du carburant, des péages d’autoroute, du tabac, les français n’avaient pas besoin de cela.

Jean-Luc François LAURENT, groupe "Valenciennes Bleu Marine"

On ne compte plus les nids de poules ! Et le climat hivernal n’est pas seul en cause. Dans certaines rues, les Valenciennois attendent depuis plus de 25 ans que leur chaussée soit refaite. En attendant, ce sont les essieux, amortisseurs et bas de caisse qui trinquent. Les taux d’imposition sont pourtant très élevés à Valenciennes, beaucoup plus élevés que pour les villes de mêmes strates. Pourquoi les Valenciennois devraient-ils être plus taxés qu’ailleurs ? Des efforts de gestion ont été réalisés, mais ils peinent à masquer les gabegies du passé qui ont notamment amené la ville à porter la taxe transport jusqu’au maximum légal. Une stratégie qui étrangle nos entreprises dans un bassin d’emplois miné par le chômage et la baisse du pouvoir d’achat aggravé par la hausse de la CSG pour les uns, la baisse des APL pour les autres. Élue d’opposition, je déplore cette situation qui laisse beaucoup de Valenciennois face aux difficultés dans un climat  d’insécurité grandissant et incontrôlé.

Valérie CAUDRON , Groupe "Valenciennes Front National"